À mon âme d’enfant…

Depuis quelques jours , notre  fille accepte enfin de s’endormir dans sa  chambre….la performance mérite d’être soulignée  puisque nous cumulons à notre actif 21 mois   de co-dodo  à  ce jour …Pour l’instant  , il ne s’agit que de nuitée partielle (comme cendrillon jusqu’à minuit..)  Mais j’en suis  convaincue ,   la nuit complète c’est pour bientôt…

Pour en arriver à ce résultat,  il a été  indispensable  de mettre en place alors, une  routine différente, nouvelle,  qui contre toute attente fut plutôt  bien acceptée par poupoune.    La fameuse  « petite histoire du soir » en est devenue l’étape clef..

Mon  bébé  , je l’ai désiré et l’ai imaginé  il y a bien longtemps ..aussi au fil des années , j’ai constitué au fur et à mesure  son trousseau  et collecter des objets  et éléments de décoration pour sa chambre ceci au gré de mes coups de cœur  .. j’ai ainsi pu  conserver quelques souvenirs  de mon  enfance… comme en  leg ,comme  en héritage.

 C’est ainsi que l’autre nuit, tandis que d’une main je portais bébé et que l’autre cherchait fébrilement    un livre  d’histoire  adéquat , celle ci  s’est posée sur un livre  écorné et vieillis que je connaissait en réalité très bien … c’était mon livre..mon livre  d’histoire …celui que je dévorais  étant petite …

Alors, à voix basse  ,à la lumière tamisée ….j’ai  raconté .. j’ai raconté à ma fille blottie contre moi  les   contes de mon enfance. Rapidement elle plongea dans un sommeil profond  ,  bercée, apaisée  .. malgré tout  j’ai continué  en chuchotant . Je l’ai lu  à  la petite fille que je  semblait  avoir oublié  au fond  de moi.  …

Aujourd’hui, si je me retrouvais en face d’elle, j’aimerais lui dire :soit  rassurée, tout va bien, tu es formidable …et n’oublie pas adulte ton âme d’enfant

un jour , un déclic..

bonjour et bienvenue à tous!

A travers ce blog, je vous invite à suivre mon processus de guérison . En effet, il y a peu de temps, j’ai pris conscience et admis  un fait : je suis atteinte d’un mal  , celui de la « râleuse » ou bien aussi appelé syndrome de  « celle qui n’est ja-mais contente ».

C’est un mal, perfide qui s’insinue au fil du temps  dans l’esprit et le cœur des jeunes femmes qui en général  « ont pourtant tout pour être heureuse ?! » (dixit leurs proches). Tendance à voir le verre à moitié vide,  à monter facilement sur ses « grands chevaux »(ma préférée),  « celle qui n’est jamais con-tente »  ponctue régulièrement ses textos de  « pffff » ou « bof », c’est une éternelle incomprise..

Pour ma petite histoire  , un jour, alors que je changeais la couche de ma fille , j’étais perdue encore une fois dans mes pensées , en train de ruminer  je ne sais plus quel problème .  Mes sourcils étaient froncés, ma bouche pincée. Quand mon regard croisa enfin celui de ma fille , elle m’interrogea dans son langage de bébé: « Gnurt’ ?? » en me fixant avec ses petits yeux ronds . C’est alors que  le miracle se produisit . Mon visage se défroissa par magie ,  stupéfaite  par ce mot improbable qui sorti de la bouche de ce petit ange avait créé  en moi un véritable déclic  . Je me suis dis plus jamais ça! J’arrête! je jette l’éponge ! je lâche prise  : le bonheur est sous mon nez !  Je décide aujourd’hui de changer, d’arrêter de râler  et d’apprécier mon bonheur au jour le jour ! je dois essayer au moins pour ma fille car je dois lui montrer l’exemple !

Aussi voyez vous je met cartes sur table :j’ai  31 ans , je n’ai pas de hobbies, pas de passion spécifique, je ne fais pas de sport, j’ai n’ai pratiquement pas de réseau social à part au travail et ma famille proche .Je suis du genre  Caliméro  » c’est po juste »!  Une sorte de  « chat noir » a qui souvent il arrive des  petits tracas et  aujourd’hui j’entame ma thérapie, « la thérapie du Gnurt » afin de partager avec vous mon expérience, mes aspirations et inspirations et profiter des petits bonheurs de la vie.